L’Absent

previous arrow
next arrow
Slider

D’après le roman de Victor Hugo, « le der­nier jour d’un condam­né » et poèmes divers mis en musique par ses contem­po­rains. C’est un jeune homme de 26 ans qui écrit ce texte en 1828. Comme l’évoque Robert Badinter dans sa pré­face de l’ouvrage au Livre de poche, « il est beau, il est heu­reux, il est poète. Il est le sou­ve­rain des mots, des images, des pas­sions ». Les confron­ta­tions répé­tées au sup­plice des condam­nés dès son plus jeune âge poussent Victor Hugo à inter­pel­ler ses sem­blables sur cette ques­tion qui l’habitera jusqu’à la fin de ses jours et qui encore aujourd’hui est sans cesse remise à l’actualité. Comment ce thème éter­nel de l’at­tente de la mort peut venir réson­ner en ces temps où l’hu­main conti­nue à s’in­ter­ro­ger sur le che­min de la vie.

Synopsis : « Condamné à mort ! Voilà cinq semaines que j’habite avec cette pen­sée…» Rêves, sou­ve­nirs, évo­ca­tions musi­cales ren­contrent le récit de l’attente, l’attente dans le cachot, l’attente du der­nier voyage vers la place de grève.

Programme : Mélodies et musiques de Hector Berlioz, Georges Bizet, André Caplet, Gabriel Fauré, Reynaldo Hahn, Édouard Lalo, Franz Liszt, Jules Massenet, Camille Saint-Saëns

Formation : Françoise Semellaz, chant / Marie-Pierre Duchez, pia­no / Thomas Dehaene comé­dien ou Bernard Deletré réci­tant, scé­no­gra­phie et lumière

Durée : 1h